Présentation Actualités Liste membres Filières soins Accords collaboration Documents BRIO Contact Liens
 
 

DEFINITION DES SOINS PALLIATIFS

« La médecine et les soins palliatifs comprennent tous les traitements médicaux, les soins physiques, le soutien psychologique, social et spirituel, destinés aux malades souffrant d’une affection évolutive non guérissable. Son but est de soulager la souffrance, les symptômes, d’assurer le confort et la qualité de vie du malade et de ses proches.

La pratique de la médecine et des soins palliatifs implique :

  • Le soulagement des symptômes majeurs ;
  • La recherche des moyens les plus appropriés pour aider le malade et ses proches, et leur constante réévaluation ;
  • L’intégration des aspects sociaux, psychologiques et spirituels dans les soins aux malades ;
  • Le soutien de l’entourage pendant la maladie du patient et après sa mort ;
  • La prise en compte des aspects éthiques liés à la particularité de chaque situation ;
  • Le respect de la vie et de son terme naturel ;
  • La mise en commun des compétences et des objectifs dans un esprit respectant l’interdisciplinarité ;
  • Une attention particulière portée au soutien, à la formation continue des soignants et à la prévention de l’épuisement professionnel» 1

COMMENTAIRES

  1. Les soins palliatifs sont destinés à tout patient présentant des symptômes d’une maladie évolutive, quel que soit le stade d’évolution et la nature de celle-ci. Les soins terminaux, généralement acceptés sous le concept d’accompagnement en fin de vie, s’adressent aux patients souffrant d’une maladie terminale, c’est-à-dire dont la survie s’évalue en jours ou en semaines. Les soins terminaux peuvent être considérés comme « l’aboutissement » 2 des soins palliatifs. Ils peuvent se caractériser par des besoins accrus, en terme de gestion des symptômes, de nursing et de soutien psycho-social de la personne malade et des proches.
  2. Toute personne atteinte durablement dans sa santé physique et/ou mentale (maladies cérébrales et neurologiques dégénératives, cancers, insuffisance cardiaque ou respiratoire, douleurs chroniques de la personne âgée, etc.) peut bénéficier de soins palliatifs. L’indication à ce type de prise en charge dépend plus des besoins de la personne et de ses proches (de sa situation), que de la nature de la maladie dont elle souffre ou du stade d’évolution de cette dernière.
  3. Le but fondamental des soins palliatifs est la meilleure qualité de vie possible de la personne malade, sur la base des critères définis par cette dernière. Par là même, le projet de prise en charge, quel qu’il soit, est orienté en fonction des besoins et des choix du patient et, chaque fois que possible, de ceux des proches.
  4. Les soins palliatifs n’excluent pas l’approche curative mais s’inscrivent en complémentarité avec celle-ci. Ils offrent tous les moyens nécessaires et appropriés, adaptés à chaque situation (mesures de réhabilitation, radio- et/ou chimiothérapie palliatives, antibiothérapie, traitements symptomatiques, etc.) et au moment particulier de la prise en charge (réversibilités potentielles), qui améliorent la qualité de vie de la personne malade. Les représentants d’autres disciplines médicales (anesthésistes, pharmacologues, radiothérapeutes, oncologues, etc.) et paramédicales collaborent régulièrement à la prise en charge.
  5. La souffrance peut se définir comme une « douleur morale » ou « douleur de l’être », en relation ou non avec des symptômes physiques (douleur, nausées, dyspnée, etc.), des difficultés psychologiques, familiales et/ou sociales et/ou un questionnement existentiel/spirituel 3 .
  6. On distingue le terme soins palliatifs  de celui de services de soins palliatifs  4 . Le premier est défini par l’O.M.S. et la SSMSP comme l’ensemble des soins globaux et actifs dispensés aux personnes malades en phase palliative par une équipe soignante multidisciplinaire. Tout professionnel impliqué directement ou indirectement dans ce type de prise en charge, quels que soient sa profession et le lieu de son activité, est donc amené à dispenser des soins palliatifs (soignants, assistants sociaux, pasteurs, cuisiniers, etc.). Les services de soins palliatifs sont des structures (équipe mobile, unité de lits) ayant pour principale activité de dispenser des soins palliatifs avec un personnel formé et expert dans le domaine.
  7. L’attention particulière portée au soutien, à la formation continue et à la prévention de l’épuisement professionnel, concerne tout professionnel, qu’il soit impliqué ponctuellement ou régulièrement dans les soins palliatifs. Les modalités du soutien et la formation dépendent de la profession de base, des besoins de la personne et de son lieu d’activité.


  1. Société Suisse de Médecine et de Soins palliatifs : statuts, Berne 1995
  2. Rivier E., Barrelet L., Beck P., Les soins palliatifs Quelques concepts revisités. Rev Suisse Rom 1995 ; 115 ; 163-9
  3. Grosshans D. Où se balade la douleur morale ? JALMAV 1998 ; 55 : 52-4
  4. Desmedt M. Entre soins à domicile, service hospitalier et unité de soins palliatifs : faut-il choisir ? Infokara 1999 ; 53 : 55-62


Retour au haut de la page
Dernière modification le 17.11.2003